20/10/2006

Londres -Sydney 1968

Vous traverserez onze pays, vous resterez quinze jours au volant pour parcourir 16 000 km, vous connaîtrez la soif, le froid, la neige et le sable. Plus endurant que le chameau, plus rapide que le kangourou, vous irez porter la performance là où la civilisation n'a pas encore installé le téléphone. C'était le message, la mission proposée aux concurrents de cette course extraordinaire...

 

jl s ds 21 nr 74

 

Depuis le très célèbre ,mais très lointain Pékin-Paris (1907) aucuns organisateurs ne s’était senti assez audacieux pour bâtir une épreuve dans laquelle les notions raid et performance seraient associées.

En raison du coût d’une telle compétition,des innombrables tracasseries administratives et politiques,et puis surtout d’autres formules sportives,captivantes et très en rapport conformes a notre siècle. il semblait impossible d’imaginer une épreuve dans laquelle le folklore,l’aventure,l’improvisation et la débrouillardise seraient les caractéristiques essentielles…

 

l s austin 1800

 

La voiture se retrouvant des lors reléguée au rang d’engin bien élevé,raisonnable,capable de se passer de ce sensationnel,de ce goût de l’exploit qui guidèrent si brillamment ses premiers pas.

 

 

l s cox

 

 

Max Aitken, président du groupe Beaverbrook, qui réunit une quarantaine de journaux et de chaînes de télévision, en convint certainement puisqu'il fut l'homme qui devait lancer l'idée et les bases de cette épreuve, une épreuve au règlement impitoyable, mais d'une extrême simplicité. Londres-Sydney serait ouvert, en effet, à toutes les voitures (sauf aux véhicules commerciaux), toutes les modifications mécaniques étaient admises et toutes les réparations (on interdit toutefois le remplacement du moteur et.. de la carrosserie).

 

l s daf 55

 

 

Le nombre de pilotes ne devait pas dépasser plus de quatre par voiture.

Pour élever au maximum l’intérêt d’une victoire,l’équipage classé en tete,gagnerait 10000 livres

Enfin,un autre prix récompenserait les trois voitures de la meme marque les mieux plaçées au classement général.

Tout cela était si simple que les engagements affluèrent en grand nombre…Les champions,bien sur,mais aussi les autres,tout ce petit monde constituant une palette colorée assez extraordinaire allant du commandant de char soviétique au lieutenant de la RAF en passant par un directeur de journal !

 

l s falcon

 

 L'état d'esprit de cette cohorte aventureuse se partageait entre celui de James Bond, voire Marco Polo, quand ce n'était Alain Bombard. Certains s'entrainaient, en effet, dans des camps spécialisés, aux opérations de survie, d'autres familiarisaient leur estomac avec des rations de... cosmonautes ; on allait même jusqu'à répéter le démontage d'une voiture dans une piscine ne contenant que 40 centimètres d'eau, afin d'imaginer ce qui pouvait se passer en cas de panne dans le lit d'un torrent. 

 

l s porsche zasada

 

De Londres à l'entrée en Turquie, c'est-à-dire à lstanbul, une seule surprise pouvait modifier la face de la course : la neige ou le verglas. D'Istanbul, on devait rejoindre la capitale de l'Afghanistan, Kaboul, en traversant l'Iran. Ici, il fallait avaler un cocktail de routes extrêmement rapides sur lesquelles les voitures les plus puissantes pouvaient prendre une avance considérable. Mais dans ce cas, on pouvait courir un risque redoutable, celui de rencontrer, au dernier instant une caravane de chameaux, une horde d’ane,ou des centaines de moutons…sans berger !

 

l s hilmman

 

 Passé Téhéran, le concurrent avait le choix entre deux routes, celle du nord, à travers la montagne, ou celle du sud parcourant le désert. Les gens avertis passeraient par le Nord, une route sur laquelle la tôle ondulée constitue la difficulté no 1.

En Afghanistan, l'état des routes s'améliore et permet de combler assez facilement une partie du retard pris sur les routes iraniennes

Quittant Kaboul, il restait à franchir le col de Lataban pour rejoindre le Pakistan. Ceci sur des pistes où un âne, si montagnard soit-il, regarde deux fois où il pose les pattes, tant les cailloux sont nombreux et roulants. Sur ce tracé lunaire, les torrents à traverser ne se comptent pas, tout comme les fondrières qui, en certains endroits, feraient hésiter une jeep très bien construite. Du Pakistan à Bombay, les routes sont revêtues d'un macadam centenaire.

 

l s mercedes 280sprung

 

Bien entendu l'essence est rare, l'eau encore plus et la nourriture, pour un appétit européen... inexistante (et de toute façon immangeable ?). Tout devra donc être transporté dans les voitures, ce qui n'arrangeait rien, A Bombay, il faudra ne pas avoir plus de 24 heures de retard. Après on embarquera pour l'Australie ; ce sera 9 jours d'un repos bien gagné.

Dès Perth, la grande bataille recommencera, une bataille au soleil (plus de 55° à cette époque de l'année) dans le sable, contre mille obstacles sournois, imprévisibles. Le rendez-vous est prévu le 17 décembre à Sydney, un rendez-vous où l'impossible tiendra le bouquet du vainqueur, où l'invraisemblable boira dans sa coupe. Ne dit-on pas qu'il se peut fort bien qu'aucun concurrent ne touche au but !...

Apres 1 mois (!) de course effrénée et l'abandon de la cortina lotus  de Clark et Anderson,Simo Lampinen et Gilbert Stapelaere et leur Ford 20MRS héritait de la tête,mais cassair sa suspension peu après... Du coup,Lucien Bianchi et Jean Claude Ogier en tête de la course avec 3 minutes d'avance sur les deuxiemes,Cowan,Coyle et Macklin sur leur Hillman Hunter ébarrassé de ses derniers rivaux, se laissent filer vers Sydney...lorsque le drame survient a 160 kms de l'arrivée,une Riley pilotée par des locaux s'encastre dans la Citroen,et prend feu...Les occupants des deux voitures s'en tirent indemnes...sauf le malheureux Lucien, qui restait coincé entre le tableau de bord et la trousse a outils du véhicule...  Blessé assez sérieusement,celui ci sera transporté par avion pour recevoir les soins appropriés...

 

l s  Bianchi3


C'est la Hillman Hunter des anglais Cowan,Coyle  et Malkin qui remportait l'épreuve devant la BLMC 1800 de Paddy Hopkirk,Poole et Nash..16000kms de course folle ...Le Daily mirror avait frappé tres fort,et on assistait ici a la création des raids tels qu'on les connait !

 


 

 

18:13 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.