01/11/2006

Porsche 911/930/996/997

Pour faire un petit résumé de l'histoire, sachez que la 911 est née...901 en 1964. le nom est vite devenu 911, après que Peugeot ait tenu à conserver le 0 central. Cette auto est venue succéder à un autre mythe automobile: la 356. Lourde tache donc, sachant que les puristes, déjà nombreux à l'époque chez les porschistes, criaient au sacrilège! Le début fut moyen, car le prix était supérieure à la 356. raison pour laquelle une 912 fut commercialisée avec un moteur à quatre cylindres et un prix d'appel. La première 911 (série O) était donc équipé d'un moteur de 1991 cm3 et 130ch, déjà 29,9 s au 1000m DA et 210 km/h en pointe! En 1966 apparaît une version supplémentaire, la 911S et son moteur de 160ch. En 1967 apparaît la série A, la 911 devient 911L, apparaît la 911T avec 110ch et on a toujours la S. En 1968 vient la série B, la T reste, la L devient E avec injection et 140ch, la S prend aussi l'injection et 170ch, le 1000m DA en 28,8 et 225 km/h. En 1969 apparaît la série C et son moteur de 2195 cm3, la T sort à 125ch, la E à 155ch et la S à 180ch.

 

911 s 1968

 

porsche 911 s 1968

 

Dix ans après sa première apparition, le célèbre nom "Carrera" constitue à nouveau un élément du programme et fait son entrée dans la nomenclature 911. Ce nom vient de l'une des plus célèbres courses au monde qui se déroulait au Mexique dans les années cinquante et dans laquelle Porsche remporta plusieurs victoires avec la 356 et la 550 Spyder : la Carrera Panamericana. Présentée en Octobre 1972 au salon de Paris, la 911 Carrera RS (pour Renn Sport) fut entièrement conçue pour la compétition. Lorsque la Commission Sportive Internationale (équivalent de la FIA actuelle) change les règlements du sport automobile en 1972, Porsche convoite alors le championnat d'Europe GT mais se trouve dans l'obligation de concevoir et homologuer un modèle fondamentalement plus sportif que la 911 2.4 S.

 

Porsche_911_carrera 27 1974

 

 

 Comme le stipule le nouveau règlement, la voiture doit être produite à 500 exemplaires au moins pour obtenir l'homologation en groupe 4. Au niveau du cahier des charges, Porsche n'a pas beaucoup d'alternatives pour concilier budget et délai minimums. La Carrera RS devait donc être principalement une déclinaison plus légère et plus puissante d'un modèle existant.

 

Carrera RSR 1974

 

Porsche_911_Carrera_RSR_1973

 

En 1974 apparaît la série G et l'important restyling dont le look continuera jusque 1983. Pas de chrome, des pare-chocs volumineux; intégrant à l'avant les clignotants, montées sur soufflets (qui permettent d'absorber des chocs jusque 7 km/h).et un bandeau rouge reliant les feux arrières caractérisent cette version. Les moteurs son des 2,7 litres carters magnésium à la puissance décevante, due à une tentative d'économie d'essence propre à la crise pétrolière du début des années 70. La fiabilité avait aussi diminuée à cause du magnésium. La situation s'améliore néanmoins côté moteur avec le 3 litres, puis le 3,2 litres. les SC seront des best sellers. Il y aura les 930 turbo 3 litres puis 3.3. Le cabriolet apparaît en 1982.

 

porsche 911 74turbolookblack

 

Les règlements sportifs sont ainsi rédigés que parfois ils génèrent la production en petit nombre de vrais monstres. La 911 Turbo GT2 est née de ces besoins très spécifiques. et sa définition civile est amenée à évoluer sur la route. Une monstruosité totale, reprenant la cure d'amaigrissement d'une Carrera RS et la puissance démesurée d'une Turbo bien boostée. La puissance de cette GT2 ? 430 ch à 5750 tr/mn, soit 22 ch de plus qu'une Turbo standard. Mais dans le même temps, le poids a été très sérieusement revu à la baisse. Ce monstre aux ailes gonflées n'avoue que 1315 kg, soit 200 de moins qu'une Turbo et seulement 25 de plus qu'une RS. Son rapport poids/puissance est terrifiant, digne des plus performantes supercars imaginées à ce jour : 3 kg/ch ! Comme la RS, cette Turbo GT2 voit son équipement réduit au minimum, mais la principale ablation concerne la transmission vers les 2 roues avant. Pas besoin d'une intégrale sur circuit, ou si rarement...
Chiffres à l'appui, cette 911 pousse très fort : 21"9 pour abattre un km D.A., bien moins de 5" pour atteindre les 100 km/h chrono. Avec de tels chiffres, la GT2 efface les lignes droites. A peine sortie d'une courbe, la suivante vous saute à la figure.

 911 GT2 Turbo

porsche_911_turbo_gt2_13

 

On en est maintenant au modèle 996,et la dernière version est la GT 3 RS .Bien que charismatique et emblématique, la Porsche 911 GT3 RS est réellement facile sur circuit. Même avec juste des notions de pilotage, l'amateur (fortuné) pourra prendre énormément de plaisir en sentant la justesse de ses trajectoires, et étant plaqué dans son baquet Recaro à chaque accélération ses tympans goûteront sans retenu à un Flat 6 ayant retrouvé ses vocalises d'antan. De purs moments d'extase, mais limité à 200 exemplaires et sur circuit. A propos, ne cassez plus votre tirelire, les 200 Porsche 911 GT3 RS sont déjà toutes vendues

 

Porsche_911_996_GT3_RS_002

 

La 997 est incontestablement une réussite. Là où la 996 avait choqué à sa sortie, elle rectifie le tir, sans en faire trop : les optiques avant sont le seul véritable changement. En effet, une 997 vue de l'arrière (ou de 3/4) dans la pénombre des tristes concessions Porsche évoque davantage une 996 élargie qu'un nouveau modèle. En fait, la 997 est faite d'une accumulation de petits détails qui forment au final une (r)évolution. La recette marche : tous les observateurs s'avouent conquis (alors que depuis la 911 3.0, tous les nouveaux modèles avaient été fustigés lors de leur présentation). Un bémol : les jantes 19" de la CarreraS au dessin dérangeant (les 19" en étoile type "Carrera", en option, sont plus réussies).

 

Porsche997arrera%20S-2

 


 

 

 


14:45 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : porsche |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.