12/11/2008

Ferrari 365 GTB "Daytona"

Chez Ferrari, la Berlinetta (le B de GTB), correspond à une voiture de route, à deux places et à moteur avant, pouvant le cas échéant faire l'objet d'une préparation course.

La 365 GTB/4 Daytona était la réponse d'Enzo Ferrari à son rival Ferrucio Lamborghini, qui présenta au salon de Genève en mars 1966 l'inattendue Miura.
La rivalité entre les deux hommes était alors à son paroxysme.

ferrari daytona black

La Daytona était dotée d'un V 12 de 4390 cm3 et 352 ch. La vitesse maximum était de 280 km/h.

Il faut cependant savoir que Daytona n'a jamais été la dénomination officielle de cette Ferrari. Ce furent les journalistes de la presse sportive qui la surnommèrent ainsi en souvenir des victoires des Ferrari P4 aux  24 Heures de Daytona en 1967. Ferrari se plia de bonne grâce à ce baptême, tant le nom de cette ville de Floride célèbre pour son circuit collait bien à l'image de la voiture. Les premiers exemplaires furent livrés au milieu de l'année 1969.

ferrari daytona red

La Daytona reste dans les mémoires comme étant une grande Ferrari, certainement l'une des plus mythiques de la seconde moitié du 20ème siècle. Ce fut aussi, et pour une durée de 22 ans, la dernière V12 à moteur avant, avant que cette disposition ne soit de nouveau d'actualité avec la 550 Maranello de 1996. Il fut produit 1230 coupés GTB/4 Daytona et 121 spiders GTS/4.

Ferrari Daytona cab

En course,et surtout aux 24h du Mans ,les Daytona font des étincelles,notamment en 1972 ou elles raflent les 5,6,7,8,et 9e place du classement absolu !

ferrari daytona  race mans

10:00 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ferrari |  Facebook |

16/12/2007

Ferrari 308 GTB

La disparition du catalogue des Dino 246 GT en 1974 va créer un léger trou dans la gamme Ferrari que la 308 GT4 ne comblera pas réellement, cette dernière, outre un design signé Bertone très controversé, disposant de 4 places (2+2), alors que la Dino 246 GT était une vraie berlinette 2 places.

Ferrari_308_GT4

 La nouvelle berlinette Ferrari, baptisée 308 (" 30 " pour 3,0 litres de cylindrée et " 8 " pour 8 cylindres), est propulsée sous les feux de la rampe au rendez-vous alors incontournable de Paris en 1975. Est-ce un signe du destin, mais cette présentation officielle coïncide avec le tout nouveau titre de champion du monde de Formule 1 acquis cette même année par Niki Lauda avec la Ferrari 312 T.

 

ferrari 308 1975


  Le grand bouleversement par rapport à la 308 GT4 est évidemment le retour aux affaires de Pininfarina au crayon qui signe-là un des dessins les plus emblématiques pour Ferrari avec un ligne qui s'inspire très nettement des 512 BB et des Dino 246 GT. Très compacte, basse et effilée, la 308 GTB séduit immédiatement tous les passionnés de la marque au cheval cabré, mais aussi les autres. Petite nouveauté, cette nouvelle Ferrari, possède une coque en polyester, sauf le capot qui est en aluminium.

 

ferrari 308_GTB_gris


  La nouvelle 308 GTB est plus compacte et surtout plus légère grâce à sa coque en polyester. Son poids descend donc à 1 090 kg lui permettant d'aller chercher des performances ébouriffantes pour l'époque : plus de 250 km/h en pointe, 14,1 secondes aux 400 mètres DA et moins de 26 secondes sur le kilomètre DA !!

Comme sa dévanciere la GT4,elle sera régulierement engagée en compétitions,mais la 308 GTB excellera plus sur les rallyes,principalement sur surface goudronnée. Aux mains de Jean Claude Andruet,entre autres,elle gagnera même le championnat d'Europe de la spécialité. 

ferrari 308 gt 4

 ferrari 308_GTB_race

CHRONOLOGIE :
1975 : Présentation en octobre au salon de Paris de la nouvelle Ferrari 308 GTB. Toujours dessinée par Pininfarina, sa coque est en polyester. Le capot AV est en alu.
1977 : Présentation en octobre le modèle 308 GTS (S pour Spyder). Comme sur les 246 Dino d'antan, le toit peut s'enlever.Toutes les carrosseries sont construites avec des tôles d'acier.Le marché U.S. reçoit des versions avec carter humide (sec pour le reste du monde).
1980 : Dépollution des moteurs V8 pour le marché U.S. qui reçoivent l'injection K-Jetronic. Baisse de la puissance qui chute à 214 ch au lieu de 255. Toutes les 308 se dénomment désormais GTBi ou GTSi

1982 Au salon de Paris, présentation de la 308 Quattrovalvole. Le V8 Ferrari, pour compenser la perte de puissance avec l'injection dispose de 32 soupapes. La puissance remonte à 240 ch.Léger restyling : spoiler de toit, rétroviseurs et masque AV nouveaux.

 

andruet


 

10:24 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ferrari |  Facebook |

15/04/2007

Ferrari Dino 246 GT/GTS

Cachant sa glorieuse origine derrière un monogramme à lettres bleues sur fond jaune, la Dino n'ose pas dire son nom. Une modestie que de nombreux propriétaires s'empressent de corriger en gratifiant leur voiture du magique Cavallino.

 

Ferrari_Dino_246_GTS

 

Il est vrai que cette distinction ne saurait paraître usurpée, du moins dans l’esprit, car construite à Modène, la voiture a été baptisée en hommage au fils du Commendatore. Disparu dans la fleur de l'âge en 1956, c'est à lui que l'on doit la conception du V6 Ferrari

 

Ferrari_dino_246GTBLANCHE

 

Exposée au Salon de Genève de 1969, la 246 GT a vu son moteur porté à 2,4 litres, comme l'indique son chiffre-titre. Construite sur un châssis multitubulaire, elle est dotée d'un empattement allongé de six centimètres par rapport à la 206 GT, et le capot moteur mis à part, l'acier a remplacé l'aluminium - si l'on excepte quelques-unes des premières exemplaires. Dès lors et malgré une carrière brève, la Dino va connaître trois variantes.

 

FERRARI DINO JAUNE

 


Au premier type L, construit à 357 exemplaires, succède en septembre 1970 le type M qui reçoit quelques modifications importantes. Au châssis remanié - la voie arrière gagne trois centimètres - s'ajoute un intérieur amélioré et doté de planchers en fibre de verre et résine. Des étriers de disques ATE à deux pistons remplacent les Girling à trois pistons, tandis que les jantes Cromodora sont désormais fixées par cinq boulons au lieu du précédent écrou central à oreilles. Produit à 507 unités, ce modèle s'effacera en août 1971 devant le type E, de loin le moins rare puisqu'il sera construit à 3019 exemplaires jusqu'en juillet 1974.

Le moteur,en fonte,et super carré,est un modele d'innaccesibilité,même pour les opérations de routine comme les changements de bougies!  Alimenté par trois carburateurs Weber double corps, il développe 195 ch DIN à 7600 tr/mn. L'ensemble pese 1230kgs.

 

En 1972 apparaît le spider GTS lancé au Salon de Genève.

 

dino_gts SPIDER

 

 

Pourvu d'un toit escamotable inspiré de la formule Targa proposée avec succès par Porsche à partir de 1965, il représentera un tiers de la production des Dino. Il sera essentiellement exporté vers les Etats-Unis, en particulier en Californie.

09:57 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ferrari |  Facebook |

25/02/2007

Ferrari 410 superamerica/500 Superfast

Voitures de rêve, les FerrariSuperfast le sont assurément. Et à tous points de vue. Modèles de prestige construits au compte-gouttes pour quelques milliardaires et têtes couronnées, elles accueillent les plus gros V12 de Maranello. Surtout, les Superfast sont gratifiées par Pininfarina de lignes à couper le souffle : c'est le cas de le dire, puisqu'elles se singularisent par leur design aérodynamique. Evidemment les prix sont à la hauteur : celui d'une 400 Superamerica représente en 1961 le double du tarif d'une 250 GT…

 

ferrari superfast 56 1

 

La première Ferrarià porter l'appellation Superfast est la plus remarquable des versions spéciales construites sur la base de la 410 Super America - laquelle a pris la suite de la 375 America en 1955. Il s'agit d'un show car présenté par Pinin Farina au salon de Paris de 1956 (châssis 0483 SA).

 

ferrari 410 2

 

Etape importante dans l'évolution du style Pinin Farina, sa ligne aérodynamique influencera grandement les Ferrarià venir. Elle se caractérise par une face avant profilée, dont le museau allongé porte des phares carénés, tandis qu'à l'arrière prennent place des ailerons du plus pur goût américain (Super America oblige…).

 

 

Baptisée " 4,9 Superfast ", la deuxième Superfast (châssis 0719 SA) est dévoilée au salon de Turin en octobre 1957.

 

ferrari superfast 57

 

Evolution du show car du salon de Paris 1956, cette voiture revient au simple allumage. Surtout, sa ligne s'est épurée et a perdu ses ailerons. Ce qui la rend encore plus séduisante que sa devancière, bien qu'elle soit plus courte de douze centimètres et plus haute de cinq centimètres. Cette carrosserie sera reprise sur le coupé 250 GT (châssis 0725 GT) réalisé pour le prince Bernhard des Pays-Bas en 1958.

 

 

Toujours sur la base de la 400 Superamerica, Pininfarina présente un nouveau prototype au salon de Genève 1962 : la Superfast 3.

 

ferrari superfast 3 1

 

 

 Si ce coupé vert clair métallisé reprend pour l'essentiel la ligne de la précédente Superfast, il s'en distingue par son pavillon remanié. Plus développé et particulièrement lumineux, ce dernier bénéficie de fins montants de custode et d'une lunette arrière prolongée sur le coffre. L'effet est magnifique. La voiture revient par ailleurs aux phares escamotables, alors que la prise d'air de la calandre se voit équiper d'un volet thermostatique.

 

ferrari superfast 3 2

 

Le stand Pininfarina du salon de Genève 1964 voit la naissance de la 500 Superfast, qui succède à la 400 Superamerica. Héritière des lignes du coupé aérodynamique, cette somptueuse voiture se distingue de ce dernier par plusieurs traits : flancs dépourvus de moulures, poupe tronquée et non en pointe, phares sans carénage.

 

ferrari 500 1

 

Elle reçoit également un moteur spécifique, un V12 " long " à l'image du bloc Lampredi (mais à culasse amovibles) de cinq litres (d'où l'appellation 500) et 400 ch. La boîte de vitesses est à quatre rapports avec overdrive. La 500 Superfast sera produite en deux séries limitées, la première de 25 voitures, la seconde de douze unités en 1966 (avec une nouvelle boîte de vitesses à cinq rapports sans overdrive).

 

ferrari 500 2

 




 

15:57 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ferrari |  Facebook |

13/01/2007

Ferrari 275 GTB

Présentée en octobre 1964, au Salon de Paris, simultanément au cabriolet 275 GTS, la berlinette Ferrari 275 GTB est l’héritière de la 250 GT Lusso, une Grand Tourisme alliant la vitesse à un confort certain.

ferrari f275gtb66

 

 Il est, bien sûr, prévu de produire quelques 275 GTB-Competition pour les clients voulant courir en dilettante, mais aucunement une version pouvant remplacer avec succès la GTO.

 

ferrari 275 gtb race

 

La 275 GTB reprend l'empattement classique de 2,40 mètres de la 250 GT, ainsi que le non moins traditionnel châssis tubulaire Ferrari de section ovale. Quant au V12 (type 213), il constitue la dernière évolution du moteur né en 1947.

Ferrari-275-GTB-ra-silver-lr

 

Si la course n'a pas changé par rapport au modèle précédent, l'alésage a été porté à 77 millimètres pour donner une cylindrée unitaire de 275 cm3 - et au total 3,3 litres. Avec trois carburateurs double corps Weber, la puissance est donnée pour 280 ch à 7500 tr/mn. Une version équipée de six carburateurs est proposée en option, qui offre une vingtaine de chevaux supplémentaires

 

ferrari 275 gtb jaune

 

24 Heures du Mans 1965 : 275 GTB - C (GT Garage Francorchamps) Mairesse - « Beurlys » 3ème au classement général, 1er en GT, 4.562,05 Km Soit 190,0854 Km/h. consommation moyenne : 38,84L / 100


ferrari%gtb%lemans

13:01 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ferrari |  Facebook |

02/09/2006

Ferrari 250 gt swb /GTO/California

La Ferrari 250 GT "Passo Corto" ou SWB (Short Wheel Base= chassis court) fut produite a 46 exemplaires en 1960,munie d'un V12 de 2960 cm3 tirant 270cv . En 1961,une version plus puissante a 280cv fut produite a 22 exemplaires seulement,dont une avec la conduite a droite.

 

En 1963/64,une version de route nommée Lusso est produite a 351 exemplaires,dus au crayon du génie italien Pinin Farina

La victoire d'Armando Zampiero au Championnat italien des voitures de Sports de 1955 avec une Mercedes 300 SL fut l'une des raisons pour lesquelles Ferrari se lança dans la production d'une voiture apte à courir dans la catégorie GT, laquelle avait été jusqu'à ce moment-là négligée..

 

Dérivé de la structure de la 250 GT SWB à l'empattement court de 2,40 mètres, le châssis tubulaire de la GTO n'apparaît pas des plus modernes - notamment avec son traditionnel essieu rigide. A défaut, il est robuste et compétitif. L'objectif de Ferrari est de le faire durer jusqu'à l'apparition des modèles à moteur arrière.  Les ingénieurs de Maranello se sont particulièrement attaché à abaisser le centre de gravité de la voiture en plaçant l'ensemble des éléments mécaniques le plus bas possible.

 

 

Conçu par Colombo, le V12 Testa Rossa en alliage léger de trois litres et 300 ch - un seul arbre à cames en tête par banc de cylindres - reçoit un carter sec en magnésium. Outre qu'il offre une plus grande réserve d'huile (vingt litres au lieu de dix sur la berlinette normale à carter humide), ce dernier permet surtout d'abaisser le centre de gravité de la GTO ainsi que sa proue, améliorant d'autant le Cx. Chef-d'œuvre de fiabilité et de souplesse, le V12 Ferrari est également célèbre pour sa merveilleuse musicalité. Il est vrai que le niveau sonore de l'habitacle de la GTO rendant impossible toute conversation, le conducteur et son éventuel passager ne peuvent que s'adonner aux joies du concert… (!)Il est a noter que les 35 exemplaires construits sont tous en parfait état de marche...

 

Le Chassis court a aussi été décliné en spyder,et baptisé "California" un des plus beaux cabriolets réalisés par le constructeur italien !

 

19:48 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ferrari |  Facebook |