23/01/2011

Les grandes épreuves routieres : montecarlo 1971-1979

Pour cette édition 1971,Alpine mettait les petits plats dans les grands afin d’enrayer les victoires des Porsche 911,en engageant une multitude de pilotes sur les petites berlinettes bleues..

monte carlo 71 andersson vainqueur.jpg

Ove Andersson remportait l’epreuve devant jean luc Therier également sur Alpine et le suedois bjorn Waldegaard sur Porsche 914/6

monte carlo 71 waldegaard 3e.jpg


En 1972,c’est Lancia qui débarque en force,avec pour mission de s’imposer. Au terme d’une somptueuse bagarre avec les Porsche ,les spiders fiat 124 et les Alpine,c’est Sandro Munari,l’etoile montante italienne qui s’imposera au volant de la Fulvia HF

monte-carlo 1971 munari lancia-01.jpg

En 1973,Monte carlo accueille la premiere épreuve du championnat mondial des marques et le plateau est relevé par la présence des usines alpine-Renault, Alfa-Romeo, BMW, Citroën, Datsun, Fiat, Ford, Lancia, Opel, Saab, et Toyota

montecarlo 73 datsun.jpg

Pourtant,ce qu’on retiendra de cette édition,c’est la scandaleuse mise hors course de…140 équipages,qui n’ont pu prendre le départ de la speciale de Burzet,bloquée par la neige et les sorties de routes et dont les ponts et chaussées n'ont pu dégager l'acces,bloqués eux aussi !

montecarlo 73 bloqué.jpg

 Malgré une tentative de blocage de l'épreuve par les concurrents malchanceux,les 65 voitures restant en course vont offrir une lutte de toute beauté,dont jean claude Andruet (alpine 1800gr4) sortira vainqueur malgré une crevaison au Turini… Tout se joue dans la derniere spéciale du rallye,et le trio de tête a savoir Andruet,Andersson et Nicolas tout trois sur Alpine ne sont séparés que de 1’35…Triomphe pour la marque de Dieppe,qui classe 5 de ses voitures dans les 6 premiers.

montecarlo 73 andruet.jpg

 En raison de la crise pétroliere qui interdit toutes manifestations automobiles pendant l’année 1974,il faudra attendre l’année suivante pour retrouver les étapes spéciales de ce rallye si particulier,et dont émergera enfin,après 3 ans de présences en rallye ,la fabuleuse Lancia Stratos pilotée par Sandro Munari,voiture qui s’imposera encore lors des éditions 76 et 77

montecarlo 75 stratos.jpg

montecarlo 1976 stratos.jpg

1monte carlo 75 munari.jpg

L’édition 1978 fut remportée par une Porsche carrera3,0 l privée pilotée par l'ex-pilote Alpine Jean Pierre Nicolas,au terme d’une épreuve dont une partie des spéciales n’ont pu se disputer a cause de la neige,bloquant l’accès aux services de secours…et aux concurrents.

montecarlo1978.jpg

 

L’usine FIAT présente en force ,multipliant les erreurs de pneumatiques,et de...parcours ...

rlo 78 les erreurs de fiat.jpg

Les accessits revinrent aux 2 petites renault 5 alpine de Ragnotti et Frequelin,très a l’aise sur la neige avec leurs petits gabarits

MonteCarlo78Ragnotti-1.jpg


10:00 Écrit par Historic fan | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

30/04/2009

Tour De France auto 1957/1964

La première  édition du tour de France auto eu lieu du 16 au 24 juillet 1899 . 19 voitures étaient au départ et la course fut remportée par rené de Knyff sur Panhard Levassor.

La seconde édition eu lieu en 1906,puis en 1908,avant l’interruption due a la grande guerre. L’épreuve reprend en 1922.

En 1951,le tour renaît de ses cendres,et sera disputé 13 fois jusqu’en 1964 .

tdf51

1952

tdf52

Les premières éditions voient des vainqueurs aux noms célèbres, comme Jean Behra, Claude Storez, Alfonso de Portago ou Olivier Gendebien.

Les éditions dont voulais parler se situent entre 1957 et 1964 : en 1957,Olivier Gendebien associé a Lucien Bianchi ,remportent le classement GT au volant d’une Ferrari 250gt

tdf 57

tdf57

La marque italienne plaçant 4 voitures dans les 6 premières place. Le pilote anglais Stirling Moss terminera 4e au volant d’une Mercedes 300SL

tdf56 moss

 Si en 57 le départ avait lieu a Nice et l’arrivée a Reims, cette année 1958 verra les concurrents franchir la ligne a Pau. 4 étapes et 5935kms au programme. L’anglais peter Whitehead sur Jaguar perd la vie dans les spéciales des Cévennes et l’épreuve est de nouveau remportée par Gendebien-Bianchi sur Ferrari,quand au classement tourisme ,il voit la victoire de Hebert- Consten sur Alfa Romeo.

tdf58

 Nouvelle domination des Ferrari en 1959 ,avec cette fois un duel Belgo-Belge entre Gendebien et Willy Mairesse. Celui-ci victime d’une crevaison au Mans ,y perdra la victoire. Notons qu’une épreuve de 310 kms était organisée sur le circuit de Spa Francorchamps.

tdf59 1

Mairesse-Berger

tdf59

tdf59 mairesse berger

Gendebien-Bianchi

tdf59 2jpg

 

tdf59 3

Jo Schlesser en facheuse posture !

tdf 59 schlesser

 48 voitures a l’arrivée pour 116 au départ de cette édition 1960,et cette fois Mairesse croise le drapeau a damiers ,apres que Gendebien eut abandonné avec un piston troué…Mairesse et Jojo Berger l’emporte donc,devant Jo Schlesser également sur ferrari. Belle victoire de Bernard Consten sur Jaguar en tourisme.

tdf60 gendebien

 

tdf60

tdf1960

tdf consten 60

 On prend les mêmes et on recommence en 1961, ou cette fois le tour fait étape en Corse. Mairesse gagne devant Gendebien en Gt et Consten sur Jaguar en tourisme devant Jopp-Baillie sur la même voiture.

Une Porsche 356 Carrera belge dans le Mont Ventoux

tdf 61 mt ventoux

Grosse bagarre en GT en 1962 avec Schlesser et sa GTO leader en début d’épreuve,mais il ensable sa voiture a Mulsanne sur le circuit du Mans et perd 50 minutes!

tdf 62 schlesser mulsanne

Bianchi prend alors la tête,mais est victime d’un accident avec un camion sur le routier .

tdf62 bianchi

La victoire revient a Simon sur une antique 250gt dépassée techniquement par les GTO. Schlesser au prix d’un superbe effort revient à la 2e place ! Consten encore en tourisme ou les Jaguars mk2 prennent les 4 premières places.

tdf62

tdf62 1

En 1963, avec l'importance accrue des "spéciales routières", de plus en plus d'équipages sont formés de pilotes complémentaires, plutôt que sur le schéma pilote/copilote. Si les Ferrari GTO se montrent sans rivales en GT, en tourisme les Jaguar doivent désormais compter avec les Ford Galaxie, de 7000 cm³.

tdf64 greder

Au final, triplé Ferrari en GT,Guichet-Behra l'emportant après l'élimination des favoris Bandini -Tavano et Schlesser -Leguézec

tdf63

tdf63 1

Une cinquième victoire en tourisme pour la Jaguar de Consten suite aux incidents ayant écarté les grosses Ford de la lutte en tête.31 voitures sur 122 au depart,rejoindrons l'arrivée.

tdf64 consten

Avec la venue en 1964 des Cobra Daytona en GT, les Ferrari GTO ne sont plus sans rivale.

tdf 64 cobra

Les Américaines, emmenées par Trintignant, Simon et Bondurant se montrent effectivement très rapides en début d'épreuve, mais la troisième étape leur sera fatale. Doublé final des GTO, Bianchi  devant Guichet.

Notons la présence de 4 Porsche 904 de la 3e a la 6e place.

En tourisme, les Jaguar invaincues depuis 1959, doivent cette fois affronter les rapides Ford Mustang et  malgré la belle résistance de Consten, qui remporte tout de même quatre épreuves en côte, la Jaguar du quintuple vainqueur est cette fois battue, troisième néanmoins derrière les deux Mustang de Procter et Harper.

tdf64 mustang

tdf64 1

Le tour reprendra en 1969, mais cela est une autre histoire !

15:42 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

26/11/2008

Lyon-Charbonnieres-Stuttgart-Solitude

Le premier rallye Lyon-Charbonnières est organisé les 21, 22 et 23 mars 1947 par l’Association Sportive de l’Automobile Club du Rhône et le Moto Club de Lyon. Il est alors destiné aux autos et aux motos. C’est aujourd’hui le plus ancien rallye français…

chrbo3hv5


En cette période d’après-guerre, seule la Coupe des Alpes avait été remise sur pied. Les temps étaient difficiles, le carburant n’était toujours pas en vente libre et il fallait obtenir une allocation en bons d’essence de la part du ministère de l’Intérieur…

lyon charbo.3

Cette première édition prévoit trois classements : 1. Départ à froid, 2. Epreuve de maniabilité, 3. Course de côte de Charbonnières.

Lyon-Charbo

Le plateau est composé de voitures d’avant-guerre : c’est d’ailleurs une Bugatti 55 de 1935 pilotée par M. Daligand qui l’emporte. Déjà, à cette époque, la société des Eaux Minérales de Charbonnières-les-Bains apporte son aide matérielle.

En raison des restrictions de toutes sortes, notamment les tickets de rationnement d’essence, il n’y a pas de deuxième édition en 1948.

lyon charbo.jpg 2

La dimension européenne

En 1949, le rallye Lyon-Charbonnières s’internationalise : sont remis les premiers règlements imprimés en français et en anglais. A partir de 1950, le rallye International Lyon-Charbonnières est réservé aux automobiles. Et pendant trois années consécutives, les Citroën Traction y règnent en maître…

citroen_traction11bl

C’est en 1952 que la cinquième édition, longue de 1900 kilomètres, prend son départ de différentes villes en Europe : Londres, Liège, Lausanne. Il est organisé avec le concours du Comité des Fêtes de Charbonnières-les-Bains.

Lyon-Charbo57 2

148 engagés en 1952 et quels engagés !!! Au fil des souvenirs on peut citer Stirling Moss (coupé XK 120 vert anglais), Heurteaux et Crespin (XK 120 roadster blanc), Descollonges-Jacquin (XK 120 roadster noir), Herzet-Baudoin (XK 120 coupé), Crovetto (XK 120), Jean Guichet (15/6), Jean Behra (Kaiser-Frazer), René Cotton (Mercedes), Girier (Kaiser-Frazer), De Graffenried (Alfa Roméo).. En 1953, Jacques Ickx, journaliste qu'on ne peut suspecter de favoritisme à l'égard de la France, prétendait que le rallye de Charbonnières était « l'une des quatre plus remarquables organisations du genre (rallye) ».!!!

lyon charbo.coltelloni 56

A partir de 1953 apparaissent les sportives modernes telles que Jaguar XK120, Porsche 356, Alfa Roméo 1300, Mercedes 300 SL et bientôt Ferrari.

lyoncharbonnirejb8

En 1960 naît le 13e rallye Lyon-Charbonnières-Sttugart-Solitude. Il est organisé avec le concours de l’ADAC de Würtemberg et comprend une épreuve de vitesse sur le circuit de solitude, près de Sttugart. Les vainqueurs, Mrs Boutin-Motte sur Porsche Carrera, remportent 25 Louis d’or…

Ci dessous Gérard Larousse en 1959

lyoncharbo larousse

En 1963, les constructeurs automobiles commencent à s’intéresser de près aux compétitions routières en préparant soigneusement leurs voitures et en organisant les assistances. C’est le début du professionnalisme. L’ADAC de Würtemberg demeure co-organisatrice de l’épreuve jusqu’en 1975.

23:38 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

01/05/2007

R.A.C Rally

raclombard.jpg (12733 octets)

 

 

 

Le RAC, comme chacun l'appelle, a connu sa première édition en mars 1932. Il ressemblait dans sa formule au Monte-Carlo (au défunt Monte-Carlo, pas au slalom d'aujourd'hui qui a usurpé son nom !) Il avait, pour sa première édition, réuni 350 voitures qui devaient prouver leur fiabilité et leur résistance à travers une épreuve démente de plus de 3200 km disputée à plus de 65km/h de moyenne.

 

Carlsson ,vainqueur en 1960

 

rac 60 carslon saab

 

 

Pour calmer le jeu, il y avait même eu, cette fois-là, une course de lenteur (!) disputée sur 100 yards et l'épreuve était entrecoupée de grands pique-niques qui réunissaient tous les concurrents.

 

Tom Tranaa,vainqueur 1963

 

rac 63 tranaa

 

Après guerre, les évolutions techniques avaient fait leur chemin et le RAC réapparut en 1951 avec le titre officiel de : RAC International Rally of Great Britain. L'épreuve avait alors été déplacée en juin et prenait le départ de Bournemouth. Jusqu'en 1959, le RAC demeura pourtant une histoire anglo-britannique. Cette année-là, Jack Kemsley, organisateur,  pensa accroître les difficultés en choisissant de faire courir le rallye en novembre.

Harry Kallstrom (Lancia Fulvia HF) vainqueur en 1969

 

rac 69 kallstrom 1er

 

Partant de Blackpool pour rejoindre Crystal Palace après un périple à travers l'Ecosse, l'épreuve commença à attirer les sponsors intéressés par le label d'endurance qu'une bonne place au RAC pouvait conférer à leurs produits.

 

Per Eklund en 1970

 

rac 71 eklund

 

Le coup de génie de Kemsley fut de convaincre l'Office des Forêts britannique d'ouvrir ses chemins au rallye sur lesquels se disputeraient, à l'avenir, toutes les spéciales .

 

Timo Makinen,vainqueur 1973

 

rac 73 makinen 1er

 

rac 73 makinen 1er 2

 

En 1961, finis les pique-niques. Le RAC devint une véritable épreuve de vitesse qui attira pilotes et copilotes professionnels.

Le rallye ne fut pas organisé en 1957 a cause de la crise de suez et en 1967 par la cause d'une épidémie de fievre aphteuse.

Timo Makinen 1er en 1974

 

rac 74 makinen 1er

 

Les voitures étaient pourtant pretes a partir,et en parc fermé. Grande était la déception des organisateurs et des concurrents,ainsi que de la chaine tv ITV prete a retransmettre le rallye en direct. Jusqu'au moment ou quelqu'un eut l'idée d'organiser une course entre les concurrents,4 par 4 sur une portion de spéciale de Bagshot ! la couverture tv de cet évenement eut un beau succes,et ainsi était né le premier rally cross !

 

Walther Rohrl (Ascona) 5eme en 1974

rac 74 rohrl 5e

 

En 1971,un nouveau type d'étapes spéciales fut crée,et automatiquement baptisés "Mickey mouse spécial stages" par les concurrents,tant le manque de passages techniques étaient légion !

 

Timo Makinen,vainqueur 1975

 

rac 75 makinen 1er

 

Ces "spéciales" se déroulaient dans les parcs de propriétés privées,autour des majestueuses demeures,ou dans des parcs publics comme a Sutton park. Ces spéciales ont toutes lieu le premier jour du rallye,et plaisent au public qui peut voir les voitures sans devoir faire des kms de marche a travers les forets.

 

Sandro Munari (Lancia stratos) 3e en 1975

 

rac 75 munari 3e

 

L'année la plus meurtriere au niveau des abandons fut 1981 ou 54 voitures seulement sur les 151 concurrents au départ purent rejoindre l'arrivée.

 

Walther Rohrl (Fiat 131 Abarth) 4e en 1978

 

rac 78 rohrl 5e

 

Chris Sclater (corolla) en 1975

 

rac 75 scalter 23e

 

La plupart des années,ce sont des scandinaves qui se sont imposés au RAC,avec comme par exemple les 3 victoires consécutives d'Eik Carlsson et de sa Saab en 1960/61/62.

 

Roger Clark,vainqueur 1976

 

rac 76 clark 1er

 

Hannu Mikkola,vainqueur 1979

 

rac 79 mikkola 1er

 

Victoires consécutives pour les Ford Escort de 1972 a 1979 également

Bjorn Waldegaard,vainqueur 1977

 

rac 77 waldegaard 1er

 

Ari Vatanen ,4e en 1979

 

rac 79 vatanen 4e

 

Devenu Lombard Rally en 1974,le RAC exista jusqu'en 1997 où, pour d'obscures raisons politico-financières, les dernières WRC rendirent les forêts anglaises à leur silence et à leurs écureuils...The rally we loved and lost.

 

Tony Pond ( Triumph TR7) en 1976

 

rac 76 Pond abd

 

Pentii Airrikala en 1978

 

rac 78 airikkala abd

 

Maintenant,il existe une version historic du RAC,le Roger Albert Clark rallye,les voitures admises doivent avoir été construites avant fin 1972.

 

Henri Toivonen (Talbot Sunbeam Lotus)vainqueur en 1980

 

rac 1980 toivonen 1er

 

12:11 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

24/02/2007

La coupe des Alpes

Il faut dire que cette épreuve n'était pas banale, créee en 1928, elle faisait parcourir à ses concurrents les Alpes par les cols, de la France à l'Allemagne en passant par l'Italie, la Suisse, la Yougoslavie et l'Autriche, soit une distance de 3000 à 4000 km (selon les années) en 6 jours.

cda1933

 

Le parcours de la course changeait tous les ans mais le principe restait le même : épreuve de régularité sur tout le parcours entrecoupé d'épreuves spécifiques, telles que course de vitesse sur autoroute ou course de côte en montagne.

 

cda 1950

 

La Coupe des Alpes, le trophée en lui-même, couronnait les équipages les plus réguliers, les plus complets, ceux qui arrivaient à éviter les pénalités.

cda moss sunbeam 1953

 

Trois coupes non consécutives donnaient droit à une "Coupe d'Argent" et trois victoires d'affilées donnaient droit à une "Coupe d'Or". Pour situer le niveau de difficulté de l'épreuve, seulement 3 Coupes d'Or furent décernées entre 1950 et 1971, à Ian APPLEYARD (GB)(photo ci dessous) , Stirling MOSS (GB)(photo ci dessus) et Jean VINATIER (FR).

cda appleyard_52

 

 David Seigle-Morris/ Vic Elford  sur triumph TR3 en 1960

 

cda 1960 seigle morris elford

 

 

 

Le regretté Jean Rolland,vainqueur en 61,62 et 63

 

cda jean rolland vainqueur 61 62 63

 

 Une rare Reliant Sabre Six en 1963

 

cda 1963

 

 Le belge Georges Hacquin  Alfa Romeo Ti en 1961

 

cda 1961 hacquin alfa romeo

 

 

cda 1963

 

 

 

Seigle-Morris/ Nash et la Ford Cortina Lotus en 1964

 

cda seigle morris nash 1964

 

JP Nicolas / Roure sur R8 Gordini en 1965

 

cda nicola roure 1965

 

Makinen/Easter en 1967 sur Morris Cooper S

 

cda makinen easter 1967

 

Paddy Hopkirk,vainqueur de l'édition 1967

 

cda hopkirk vainqueur 67

 

Henri Greder/Fouquet  sur Opel Commodore GS en 1971

 

cda 1971 greder fouquet

 

Cette Coupe, devenue entre-temps Rallye des Alpes Françaises, s'étiola dans les difficultés d'organisation et financières et se cantonna, dans les dernières années, entre Marseille et Evian pour finalement s'éteindre doucement avec la victoire de Bernard DARNICHE et son Alpine-Renault officielle en 1971.

cda darniche mahé 1971

 

15:05 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

25/12/2006

Rallye de MonteCarlo

Puisque le rallye de MonteCarlo sera le premier a ouvrir la saison 2007,penchons nous un peu sur son histoire :

Dans le but de rivaliser avec la ville de Nice qui organise, depuis 1898, la course Paris-Nice, les monégasques Gabriel Vialon et Anthony Noghès créent un concours d'élégance automobile : le rallye de Monte-Carlo. La première édition se déroule du 21 au 25 janvier.

Le règlement du rallye prévoit que les participants doivent rejoindre Monte-Carlo en partant de leur pays d'origine, sans dépasser les 25 km/h. Un système de points, relativement original, est établi de telle sorte que les voitures arrivant à Monaco avec une carrosserie en parfait état gagnent un maximum de points. Le premier gagnant du rallye de Monte-Carlo est le français Rougier, parti de Paris à bord d'une Turcat-Mery 25 HP. 

Les années ou la compètition Monégasque devint très populaire,débutent en 1949. Cette année marqua la reprise de la course dans une atmosphère d'optimisme et d'enthousiasme !

 

rallye montecarlo 1949 1

 

 

 

Anthony Noghès et un nouveau comité d'organisation avaient préparé depuis l'année précédente la relance du Rallye après la guerre, et le nombre des participants atteignit 203. La manifestation remporta dans l'ensemble un bon succès, atténué cependant par la lenteur avec laquelle étaient établis les classements.

Le Rallye fut gagné par une Hotchkiss conduite par l'équipage Trévoux-Lesurque, mais le résultat proportionnellement le meilleur fut obtenu par les petites Renault 4 CV de 750 qui tinrent les trois premières places dans la classe des moins de 1 100 cm3.  

rallye montecarlo 1949 2

Le succès de la Renault de 1949 ne fut toutefois qu'une victoire de classe. Jusqu'en 1956, la victoire absolue alla encore à des automobiles de grosse cylindrée, comme les Hotchkiss,Delahaye ,Allard,Ford Zéphyr,Lancia 820,Sunbeam Talbot,et Jaguar..

1953 est l'année du record de participations au rallye de Monte-Carlo avec 440 engagés et 404 partants. Le nombre des participants s'explique en partie du fait d'une édition 1952 particulièrement éprouvante qui avait marqué les esprits. A noter que le nombre d'engagés est limité par un nombre maximum établi par nationalité. Heureusement, car il y a près de 1000 demandes!

Autre particularité de cette édition: des conditions particulièrement clémentes sur l'ensemble du parcours de concentration, dont je vous donne ici le détail:

  • Lisbonne: 112 voitures
  • Glasgow: 103
  • Stockholm: 42
  • Oslo: 15
  • Palerne:11
  • Monte Carlo: 84
  • Munich: 37

    Mais 1953 ne restera pas comme une des meilleures éditions du Monte Carl'. Le rallye fut malheureusement marqué par plusieurs accidents assez graves, dont un mortel. Comme souvent, les accidents sont plus nombreux quand les conditions météorologiques sont clémentes, car les pilotes baissent leur vigilance. Le parcours n'était que peu sélectif, et c'est ainsi que 253 équipages arrivèrent à Monaco sans la moindre pénalité, autant dire ex-aequo! Eh oui, à cette époque, il n'y avait qu'un parcours de concentration, et aucune épreuve spéciale comme aujourd'hui!

    Alors, comment établir un classement avec 253 (gasp!) ex-aequo me direz-vous? Tout simplement en les départageant avec deux épreuves supplémentaires au parcours de concentration: une épreuve d'accélération/freinage, et une autre de régularité.

    L'accélération/freinage se réalise sur 250m. Le pilote, passé un repère (et pas avant) doit stopper le plus rapidement son véhicule. Les 100 meilleurs pouvaient passer à l'épreuve suivante...

    L'épreuve de régularité consiste à effectuer un parcours de plusieurs kilomètres à une vitesse moyenne fixée par le jury. Cette épreuve se dispute dans le col du Braus, est longue de 74,350 km et doit être parcourue à la vitesse de 47 km/h.

    A ce jeu,Gatsonides et sa Ford Zéphyr emporte la mise.

     

    rallye de montecarlo 1953 zephyr

     

     

     

     

         

    Ce fut à partir de 1958 que commença la série des succès des « petites », et ce fut précisément une Renault qui l'inaugura. Il s'agissait d'une Dauphine Spéciale de 850 cm3 qui, dans des conditions atmosphériques particulièrement défavorables, eut facilement raison des Alfa Romeo Giulietta, DKW, Volvo et Sunbeam.

    Cette année-là vit la première participation officielle des constructeurs au Rallye : la Dauphine victorieuse était en effet une voiture d'usine.

     

    rallye de montecarlo 1958 Dauphine

    Les années suivantes,les conditions athmosphériques changeantes pertuberent pas mal d'éditions...

     

    rallye montecarlo 1956_blanchoud-alziary_porsche356

     

    1962, le Rallye de Monte Carlo change de formule : les classements établis sur la moyenne, le confort et la régularité laissent place aux spéciales chronométrés, et le Turini, déjà au programme du rallye, écrit les premières lignes de sa belle histoire.

     

    rallye de montecarlo 19621962_bengtson-boesen_volvo

    On y voit parfois aussi des voitures exotiques,telle la Ford Falcon de l'acrobate suédois Bo Ljundfeld ,qui réalisera a la surprise générale,le meilleur temps du col du Turini,avec une voiture pourtant pas vraiment dans son élément!

    rallye monte carlo1963_ljungfedlt-haggbom_falcon

    Ci dessous les allemands Bohringer-Kaiser sur Mercedes 300 SE en 1964

     

     

     

    rallye montecarlo 1964_bohringer-kaiser_mercedes

     

    Comment ignorer les fantastiques victoires des Mini Cooper ? En 1964,Paddy Hopkirk et le regretté Henry Liddon arrachent une superbe 1ere place au scratch,confirmée l'année suivante par la victoire de Timo Makinen .

     

    rallye de montecarlo 1964 hopkirk

     

     

     

     


    En 1966,les Minis caracolaient en tete,et allaient réalisé un historique triplé lorsque les controleurs Français,un rien agaçés par l'évidente superiorité des anglaises sur les Citroen DS,déclassait les 3 minis pour une sombre histoire de phares aux ampoules halogènes,interdites sur le territoire Français....

     

     

    rallye de montecarlo 1964 citroen ds


    Douce fut la vengeance,car Rauno Aaltonen gagnait l'édition 1967 sur la rageuse petite anglaise ! 

    rallye de montecarlo 1967 mini

     

     

     

     En 1968,on est en passe de voir Alpine remporter son premier rallye de Monte Carlo avec Gerard Larousse,lorsque des spectateurs inconscients ou avides de spectacle ,tassent de la neige dans un virage masqué..Larousse ne peut éviter la sortie de route,arrache une roue et abandonne la victoire a la Porsche 911S de Vic Elford,pilote polyvalent si il en est,car 15 jours plus tard,il gagnait les 24h de...Daytona !

    rallye de montecarlo 1968 porsche elford

     

     

     

     

     

              Succès pour Porsche encore en 1969,avec l'étoile montante du rallye suédois : Bjorn Waldegaard    

     

    rallye montecarlo 1969_waldegard-helmer_porsche911s

     

     

     

    En 1970,malgré une belle résistance de Gerard Larousse passé sur Porsche ,et de Jean Pierre Nicolas (eh oui,le patron de Peugeot Sport!) sur une Alpine 1300S,la victoire revient de nouveau a Waldegaard (Porsche 911S) 

     

    rallye de montecarlo 1969 nicolas alpine

     

     

     

    La suite ? Prochainement !

    15:35 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

    20/10/2006

    Londres -Sydney 1968

    Vous traverserez onze pays, vous resterez quinze jours au volant pour parcourir 16 000 km, vous connaîtrez la soif, le froid, la neige et le sable. Plus endurant que le chameau, plus rapide que le kangourou, vous irez porter la performance là où la civilisation n'a pas encore installé le téléphone. C'était le message, la mission proposée aux concurrents de cette course extraordinaire...

     

    jl s ds 21 nr 74

     

    Depuis le très célèbre ,mais très lointain Pékin-Paris (1907) aucuns organisateurs ne s’était senti assez audacieux pour bâtir une épreuve dans laquelle les notions raid et performance seraient associées.

    En raison du coût d’une telle compétition,des innombrables tracasseries administratives et politiques,et puis surtout d’autres formules sportives,captivantes et très en rapport conformes a notre siècle. il semblait impossible d’imaginer une épreuve dans laquelle le folklore,l’aventure,l’improvisation et la débrouillardise seraient les caractéristiques essentielles…

     

    l s austin 1800

     

    La voiture se retrouvant des lors reléguée au rang d’engin bien élevé,raisonnable,capable de se passer de ce sensationnel,de ce goût de l’exploit qui guidèrent si brillamment ses premiers pas.

     

     

    l s cox

     

     

    Max Aitken, président du groupe Beaverbrook, qui réunit une quarantaine de journaux et de chaînes de télévision, en convint certainement puisqu'il fut l'homme qui devait lancer l'idée et les bases de cette épreuve, une épreuve au règlement impitoyable, mais d'une extrême simplicité. Londres-Sydney serait ouvert, en effet, à toutes les voitures (sauf aux véhicules commerciaux), toutes les modifications mécaniques étaient admises et toutes les réparations (on interdit toutefois le remplacement du moteur et.. de la carrosserie).

     

    l s daf 55

     

     

    Le nombre de pilotes ne devait pas dépasser plus de quatre par voiture.

    Pour élever au maximum l’intérêt d’une victoire,l’équipage classé en tete,gagnerait 10000 livres

    Enfin,un autre prix récompenserait les trois voitures de la meme marque les mieux plaçées au classement général.

    Tout cela était si simple que les engagements affluèrent en grand nombre…Les champions,bien sur,mais aussi les autres,tout ce petit monde constituant une palette colorée assez extraordinaire allant du commandant de char soviétique au lieutenant de la RAF en passant par un directeur de journal !

     

    l s falcon

     

     L'état d'esprit de cette cohorte aventureuse se partageait entre celui de James Bond, voire Marco Polo, quand ce n'était Alain Bombard. Certains s'entrainaient, en effet, dans des camps spécialisés, aux opérations de survie, d'autres familiarisaient leur estomac avec des rations de... cosmonautes ; on allait même jusqu'à répéter le démontage d'une voiture dans une piscine ne contenant que 40 centimètres d'eau, afin d'imaginer ce qui pouvait se passer en cas de panne dans le lit d'un torrent. 

     

    l s porsche zasada

     

    De Londres à l'entrée en Turquie, c'est-à-dire à lstanbul, une seule surprise pouvait modifier la face de la course : la neige ou le verglas. D'Istanbul, on devait rejoindre la capitale de l'Afghanistan, Kaboul, en traversant l'Iran. Ici, il fallait avaler un cocktail de routes extrêmement rapides sur lesquelles les voitures les plus puissantes pouvaient prendre une avance considérable. Mais dans ce cas, on pouvait courir un risque redoutable, celui de rencontrer, au dernier instant une caravane de chameaux, une horde d’ane,ou des centaines de moutons…sans berger !

     

    l s hilmman

     

     Passé Téhéran, le concurrent avait le choix entre deux routes, celle du nord, à travers la montagne, ou celle du sud parcourant le désert. Les gens avertis passeraient par le Nord, une route sur laquelle la tôle ondulée constitue la difficulté no 1.

    En Afghanistan, l'état des routes s'améliore et permet de combler assez facilement une partie du retard pris sur les routes iraniennes

    Quittant Kaboul, il restait à franchir le col de Lataban pour rejoindre le Pakistan. Ceci sur des pistes où un âne, si montagnard soit-il, regarde deux fois où il pose les pattes, tant les cailloux sont nombreux et roulants. Sur ce tracé lunaire, les torrents à traverser ne se comptent pas, tout comme les fondrières qui, en certains endroits, feraient hésiter une jeep très bien construite. Du Pakistan à Bombay, les routes sont revêtues d'un macadam centenaire.

     

    l s mercedes 280sprung

     

    Bien entendu l'essence est rare, l'eau encore plus et la nourriture, pour un appétit européen... inexistante (et de toute façon immangeable ?). Tout devra donc être transporté dans les voitures, ce qui n'arrangeait rien, A Bombay, il faudra ne pas avoir plus de 24 heures de retard. Après on embarquera pour l'Australie ; ce sera 9 jours d'un repos bien gagné.

    Dès Perth, la grande bataille recommencera, une bataille au soleil (plus de 55° à cette époque de l'année) dans le sable, contre mille obstacles sournois, imprévisibles. Le rendez-vous est prévu le 17 décembre à Sydney, un rendez-vous où l'impossible tiendra le bouquet du vainqueur, où l'invraisemblable boira dans sa coupe. Ne dit-on pas qu'il se peut fort bien qu'aucun concurrent ne touche au but !...

    Apres 1 mois (!) de course effrénée et l'abandon de la cortina lotus  de Clark et Anderson,Simo Lampinen et Gilbert Stapelaere et leur Ford 20MRS héritait de la tête,mais cassair sa suspension peu après... Du coup,Lucien Bianchi et Jean Claude Ogier en tête de la course avec 3 minutes d'avance sur les deuxiemes,Cowan,Coyle et Macklin sur leur Hillman Hunter ébarrassé de ses derniers rivaux, se laissent filer vers Sydney...lorsque le drame survient a 160 kms de l'arrivée,une Riley pilotée par des locaux s'encastre dans la Citroen,et prend feu...Les occupants des deux voitures s'en tirent indemnes...sauf le malheureux Lucien, qui restait coincé entre le tableau de bord et la trousse a outils du véhicule...  Blessé assez sérieusement,celui ci sera transporté par avion pour recevoir les soins appropriés...

     

    l s  Bianchi3


    C'est la Hillman Hunter des anglais Cowan,Coyle  et Malkin qui remportait l'épreuve devant la BLMC 1800 de Paddy Hopkirk,Poole et Nash..16000kms de course folle ...Le Daily mirror avait frappé tres fort,et on assistait ici a la création des raids tels qu'on les connait !

     


     

     

    18:13 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

    08/09/2006

    La Carrera Panamericana

    La CARRERA PANAMERICANA fut une course de vitesse organisée pour la première fois en 1950, afin de célébrer l'achèvement du tronçon mexicain de l'autoroute panaméricaine qui reliait Ciudad Juarez (près d'El Paso, dans le Texas) à El Ocotal (frontière du Guatemala)

     

     

     

     

     

    Longue de plus de 3 000 km, cette épreuve - qui fut supprimée à partir de 1955 en raison du trop grand nombre d'accidents mortels qu'elle avait occasionné - durait de quatre à six jours et comportait huit étapes particulièrement difficiles étant donné l'état des routes qu'elle empruntait et les changements d'altitude (1 200 à 3 000 m) auxquels elle soumettait les pilotes. Dans un premier temps, l'épreuve reliait Ciudad Juarez à El Ocotal, puis suivit l'itinéraire inverse, du sud vers le nord.

     

     

    Les marques européennes engagées étaient peu nombreuses; car le règlement n'admettait que la présence de firmes ayant vendues au moins cinquante modèles et en comptant cinq cents autres en fabrication, ce qui favorisait les sociétés américaines.

     

     

     

    La Carrera Panamericana, également appelée Mexican Road Race, eut donc lieu cinq fois.

    D'abord réservée uniquement aux voitures de tourisme, elle fut aussi ouverte à la catégorie Sport à partir de 1952. L'année suivante, elle fut inscrite au Championnat du monde des constructeurs. Sur les cent trente-deux voitures qui participèrent à la première édition, vingt et une étaient des Cadillac.

     

     En 1952, on créa deux classements distincts : l'un pour les voitures sport (soumises à aucune réglementation précise), l'autre pour les voitures de tourisme (qui devaient obligatoirement être dotées d'une carrosserie fermée et n'avoir qu'un seul carburateur).

    Cette année-là, les huit étapes furent accomplies en cinq jours, le jour de repos ayant été supprimé. En dépit de l'importante participation italienne (trois Ferrari 4100, une 250 Mille Milles et cinq 212, ainsi que quatre Lancia Aurelia GT), ce furent les Mercedes 300 SL qui dominèrent la course panaméricaine, remportant la victoire avec Kling et la place d'honneur avec Lang. La troisième place revint à la Ferrari de Chinetti.

     

     

    Apres toutes une serie d'accidents mortels (la course disputée sur routes ouvertes,traversait des villages peuplés,) les organisateurs ont décidé de jeter l'eponge..

     

    Depuis quelques années, La Carrera Panamerica retrouve une certaine jeunesse avec une course historique, qui, à la manière du tour de France Auto, rassemble les autos historiques ayant participé à cette épreuve...Mais les données ont bien changé,car si les voitures americaines remportent souvent l'epreuve,leurs moteurs (tel cette Studebaker,gagnante de trois épreuves successives) développent 500cv!

     

     

     

     

    19:02 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

    26/08/2006

    Les grandes épreuves routieres ; East African Safari

    L'histoire de l'East African Safari démarre d'une manière assez rocambolesque,lorsque 3 anglais déciderent de feter a leur maniere,le sacre de S.M la reine Elizabeth d'Angleterre en 1953 ,en organisant un rallye qui rejoindrait les 3 colonies anglaises d'Arique,a savoir le Kenya,l'Ouganda et la Tanzanie !

     

     

     

    A l'époque, le Safari est une véritable épopée de plusieurs milliers de kilomètres sur des pistes détruites, inondées ou tout simplement inexistantes. Les concurrents doivent se contenter de berlines de série avec pour toute assistance des dons aigus pour le bricolage et l'improvisation. Le Safari, c'est plusieurs rallyes en un seul : des pistes roulantes au nord, une chaleur écrasante et un terrain cassant dans le sud, la boue glissante comme du verglas autour du Mont Kenya. Autant de pièges qui ont longtemps fait le jeu des pilotes locaux, souverains sur leur terrain.
    Peugeot a glaner plusieurs fois la victoire,grace a la robustesse et la fiabilité de ces voitures...La premiere participation de la marque au lion eut lieu en 1963,avec la 403 ci dessous :

     

     

     En 1965,victoire de la légendaire Volvo PV544,avec l'Hindou Joginder Singh

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hannu Mikkola sera le premier "étranger" à triompher, mais la brèche étroite où réussiront à s'engouffrer victorieusement Andersson, Waldegard et Jean-Pierre Nicolas, paraît se refermer définitivement lorsque Shekhar Mehta aligne quatre victoires consécutives entre 1979 et1982

    . Au volant de sa modeste Datsun, ce "Gentleman driver" inflige une succession de défaites cuisantes aux plus grands rallymen engagés par les plus puissantes équipes de l'époque...

    Mehta (dcd récemment) au volant de la Datsun 240Z en 1973

     

     

    Ce rallye aux 1000 visages a aussi changé plusieurs fois de nom ;

    - Coronation Safari (de 1953 à 1959)
    - East African Safari (de 1960 à 1973)
    - Safari Rally (de 1974 à 1980)
    - Marlboro Safari (de 1981 à 1990)
    - Martini Safari (de 1991 à 1992)
    - Trust Bank Safari (de 1993 à 1994)
    - 555 Safari (de 1995 à 1997)
    - Safari Rally (de 1998 à 2001)
    - Immarsat Safari Rally (en 2002)

     

     

     

    08:33 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

    19/08/2006

    Le marathon de la route

    C'est au club Motor Union, créé à Liège au printemps 1912, que l'on doit la naissance de l'une des épreuves les plus mythiques, le Liège-Rome-Liège, surnommé le Marathon de la Route, en référence à la distance que devaient parcourir les participants. Mais également à la difficulté de l'épreuve. La première édition a eu lieu en 1931, et réunissait 21 voitures, les 6 side-cars et 13 motos empruntant un parcours moins long qui les voyait repartir dès Milan atteint.

     

     

     

    Le principe de la course était simple : il fallait parcourir l'intégralité du parcours d'une seule traite, et sacrifier, à quelques kilomètres de l'arrivée, à une épreuve de kilomètre lancé ! Toussaint et Evrard, sur Bugatti inscrivent, les premiers, leur nom au palmarès. Pat Moss et Ann Wisdom seront les dernières, avec leur Austin-Healey et en 1960, à fermer le banc, l'épreuve étant ensuite remplacée par le Liège-Sofia-Liège.

     
    De toutes les courses automobiles inventées par l'homme, le "Marathon de la route" mérite à coup sûr sa place parmi les plus folles et les plus extrêmes. Rejoindre Liège à Rome, ou, plus tard, à Sofia et retour, sans aucun temps de repos, sur des routes qu'un automobiliste d'aujourd'hui ne peut guère imaginer, au volant de voitures qui, aussi sportives soient-elles, étaient loin d'offrir les performances et la résistance de nos voitures actuelles, relève de l'exploit qui a fait rêver plusieurs générations de pilotes.
    Erik Carlsson/Gunnar Palm Saab 96V4 en 1964

    La premiere édition du rallye Liege-Sofia-Liege eu lieu en 1961. Ce rallye qui permettait auparavant aux concurrents de relier la ville de Rome a la cité Liégeoise,a changé d'orientation pour,selon Maurice Garot "se differencier des courses autos similaires,qui ne sont que de fastidieuses randonnées,parsemée d'epreuves spéciales,qui conviennent plus a un pilote typé sprint,qu'a un vrai Marathonien"

    Depart du Liege-Rome-Liege en 1955 a Spa

    Bohringer-Kaiser vainqueurs de Liege-Sofia-Liege en 1964 sur Mercedes 230Sl

     

     

     

     

    Dans la fin des années 60,plusieurs pays refuserent le passage de l'épreuve,contraignants les organisateurs a se rabattre sur le circuit du Nurburgring,sur le quel les concurrents tournerent 82,puis 84,et finalement 96h,se relayant a 2,3 ou 4 pilotes par voitures...

    L'esprit de l'équipage pilote/copilote ayant disparu ,l'épreuve ne survit pas...

     

     

     

    Les derniers vainqueurs en 1971 sur Alpine Renault 1600S  ont roulé 96h !

     

     

     

     

    15/08/2006

    Mille Miglias

    Les Mille Miglia (Mille milles) était une course automobile sur route ouverte, qui a eu lieu 25 fois entre 1927 et 1957 dont 14 fois avant la Seconde Guerre mondiale et 11 fois après.

    La course fut créée par les jeunes Comtes Aymo Maggi et Franco Mazzoti en réponse semble t'il, de la perte du Grand Prix d'Italie par leur ville de Brescia.

    Ensemble avec un groupe d'associés, ils établirent un circuit en forme de huit allant de Brescia à Rome et retour pour une distance parcourue d'environ 1 500 kilomètres, soit un millier de mille romain.

    La première course eut lieu du 26 au 27 mars 1927 avec 75 concurrents au départ, tous italiens. Le gagnant termina la boucle de cette première édition en un peu moins de 21 heures et 5 minutes.

    Photo : Une Alfa Romeo en 1937

     

    La course est une première fois arrêtée en 1938 suite à un accident ayant entraîné la mort de nombreux spectateurs. Elle sera définitivement arrêtée en 1957 suite à l'accident mortel d'Alfonso de Portago et de son copilote qui entraîna la mort de 9 spectateurs.

     

     

    En 1955,Sterling Moss et son équipier,le journaliste dennis Jenkinson gagnerent la course a 157km/h de moyenne,un record époustouflant qui ne fut jamais battu.

     

    Moss et son équipier ayant reconnu 6 fois le parcours,l'ingénieux copilote avait expérimenté un systeme de notes sur un papier a dérouler sur environ 15m... ce qui les mettaient sur un pied d'égalité par rapport aux pilotes locaux sur Ferrari et Maserati,qui connaissaient le parcours par coeur... Le talent de pilotage de Moss a fait le reste !

     

    La Mercédes sur base du modèle W196 portait le numèro de son heure de départ,7h22 , les petites cylindrées s'élancant les premières des minuit... 

     

    Le parcours

     

    17:36 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |

    Les grandes épreuves routieres

    Les grandes épreuves routieres : Impensables a notre époque vu la densité de circulation,ces courses se déroulent maintenant sur des routes fermées a la circulation .

    Dans les années 30 a 60,elles étaient pourtant foison,et reservées a tous types de voitures,depuis la 4cv Renault jusqu'aux puissantes barquettes comme les Ferrari ou Mercédes....

    Les Mille Miglia en Italie,la Targa Florio en Sicile,Liège-Rome-Liège,le rallye de Monte Carlo,la Carrera Panaméricaine.... Des épreuves que quelques passionnés d'ancestrales courses célebres essayent de recreer ,malgré les vicissitudes des contraintes actuelles... 

    Je vais tenter de retracer quelques une de ces épreuves,selon les documents possédés ou les images glanées ça et la...                 

    13:47 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les grandes epreuves routieres |  Facebook |