14/02/2008

Triumph TR 5 & TR 6

Le « british roadster » peut être défini de façon générique comme un véhicule non-fonctionnel, vaguement sportif, délicieusement inconfortable, techniquement rudimentaire et nécessairement excentrique. Ce n’est pas une voiture de riche mais c’est au moins une voiture que les riches peuvent avoir envie de s’offrir pour le plaisir de montrer aux pauvres que l’argent n’est pas tout dans la vie.
 

TR 5

 

Les TR5 et 6 résument un peu tout cela. Toutes deux sont en effet des voitures de sport beaucoup moins chères qu’elles n’en ont l’air. Et beaucoup plus ludiques que leurs performances affichées le laissent supposer.

 La TR5 a emprunté l’essentiel de ses composants à sa devancière, à savoir l’illustre TR4.

 

TR 5 1

 

 Lancée fin 1961, cette TR du 4ème type a connu une carrière relativement courte, comparativement à sa plus proche rivale, la MGB. La première série (à essieu rigide) a ainsi été produite jusqu’en janvier 1965. A cette date, la TR4 A IRS a pris le relais en imposant comme un progrès nécessaire son train arrière à roues indépendantes hérité de la berline Triumph 2000. Moins courante que la première version, cette seconde série a été commercialisée jusqu’en août 1967, date à laquelle la TR5 a pris sa succession. Plus ambitieuse, cette version a reçu un 6 cylindres en ligne à injection hérité des anciennes Standard Luxury Six (firme associée à Triumph jusqu'en 1961), et monté ensuite sur les berlinesTriumph 2000 et autres Vitesse 6 avant de connaître son apothéose et son apogée en passant à 2500 cm3. Largement de quoi chercher les dizaines de chevaux qui manquaient alors à la TR4 (on en comptera 152 au total, selon les normes SAE) pour passer dans la classe supérieure, celle où l'on retrouvait déjà l’Healey 3000 MK III et qui allait bientôt compter l'éphémère MG C.

Régulièrement alignées en courses,les TR 5 se montrerent robustes et endurantes,et glanèrent de nombreux succès ! 

 

TR5 RACE


 

 En définitive, c'est la TR5 qui a survécu au "grand ménage" opéré par la direction générale de Britsh Leyland après 1968. Exit, donc, la peu convaincante MG C, adieu la "Big" Healey, (restée sans descendance, malgré quelques projets hâtivement esquissés), s'il devait n'en rester qu'une, ce sera la TR5. Qui passera rapidement le flambeau à sa descendante habilement retouchée et logiquement désignée TR6.

SPECIFICATIONS TR5
Année : 1968
Carrosserie : cabriolet 2 places
Moteur : 6 cylindres en ligne
Cylindrée : 2498 cc
Puissance : 152 ch à 5500 tr/min
Transmission : 4 vitesses + overdrive
Vitesse maximum : 195 km/h
0 - 100 km/h : 8,8 secondes
Dimensions : 3m90 x 1m53 x 1m27
Poids à vide : 1034 kg

 

A peu de choses près, la TR6 n'était rien d'autre qu'une TR5 qui ne voulait plus ressembler à une TR4.

 

TR6 1971

 

 Dont acte : commandité par Triumph, Karmann se chargera de moderniser quelque peu le design originel de Michelotti en offrant à la nouvelle venue un "visage" et une poupe traitées dans l'air du temps. Plus confortable que la TR5 et plus "assimilable" à certains égards, cette descendante restera cependant fidèle à "l'esprit de famille" TR.

 

TR6-blue-


 

A noter enfin qu'à compter de 1973, la TR6 a connu une sensible diminution de sa puissance (124 chevaux exprimés désormais en normes DIN), les performances accusant elles aussi une certaine décrue.

 

triumph

 

 Chiffres de production

TR5 et TR 250 (1967-69) : 8484 exemplaires.

TR6 (1969-76) : 94 619 exemplaires (toutes versions confondues).

 En courses,la TR6 étonnera les observateurs en terminant a la 3e place du Marathon de la route 1969 aux mains de José Barbara.

 

TR 6 Barbara Marathon de la Route 69 No4

 

 

21:03 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : triumph |  Facebook |

02/02/2007

Triumph Spitfire

1962 : En octobre, la Triumph Spitfire est présentée à Londres sous le nom de Spitfire 4 (pour 4 cylindres).

 

truimph spitfire 1962 mk1

 

 

Ce véhicule reprend les éléments mécaniques de la Triumph Hérald, avec un moteur de 1147 cm3. Dessinée par le styliste italien Michelotti, ce cabriolet a fière allure et avait pour but de concurrencer l'Austin Healey Sprite, dans le domaine des petits roadsters économiques. Sa boîte comprend 4 rapports (1ère non synchronisée), les clignotants et les veilleuses sont en verre et séparés, la calandre est à 8 barrettes, le + est à la masse, la planche de bord est peinte de la même couleur que la caisse et le volant est noir à 2 branches. Enfin, la capote est démontable et se met dans la malle.

 

1964 : Arrêt de la Spitfire 4 et début de production de la Spitfire Mk2. Elle se distingue de la Spitfire 4 par une puissance accrue, un embrayage à diaphragme, un collecteur d'admission réchauffé par le liquide de refroidissement, un collecteur d'échappement à 4 branches séparées.

 

triumph spitfire mk2

 

La calandre comprend 5 barrettes élargie, l'intérieur est un peu plus confortable avec des sièges plus enveloppants, des moquettes bouclées et des panneaux de contre portes entièrement garnis. La planche de bord est entièrement noire et les poignées des portières sont rehaussées.

 

 

triumph spitfire le mans 65

 

En 1965,des spitfire tres allégées et munies de hard top en fibre de verre ,disputeront les 24 H du Mans...Leur moteurs,poussés a 109 cv leur permettait d'atteindre 230 km/h.

triumph spitfire le mans 65.j2

 

triumph spitfire le mans 65.3

 

1967 : Arrêt de la Spitfire Mk2 et début de production de la Spitfire Mk3 en janvier. Elle est dotée d'un moteur de 1300 cm3 qui lui permet d'avoir une puissance importante pour son poids.

 

triumph spitfire mk3 1968 bit

 

Les tous premiers modèles reprendrons la caisse de la mk2 mais le modèle sera rapidement modifié. Le pare-chocs avant est rehaussé tandis que ceux à l'arrière sont désormais dénués de butoirs. Les clignotants et veilleuses ronds sont remplacés par des clignotants plus modernes. Il y a des feux de recul à l'arrière, le - est à la masse, elle est également dotée d'une capote complètement repliable à arceaux fixes, d'un volant à 3 branches et d'un tableau de bord en bois. En 1970, le modèle sera légèrement modifié (volant, monogrammes, jantes plus larges).

Vitesse maximale

168 Km/h

Puissance

75 Ch DIN

0 à 100 km/h

12,5 secondes

400 m D.A.

17,9 secondes

Production

65320

 

 

Début de production de la Spitfire Mk4.en 1970. Son design est totalement revu par Michelotti.

 

triumph spitfire mk4 1970

 

La face avant est légèrement modifiée. Le capot ne comporte plus de nervure centrale, ni de joints au sommet des ailes, le cadre de pare brise n'est plus démontable. En fait, c'est surtout la partie arrière qui est revue.

 

triumph spitfire mk4 1970.back

 

 

Elle adopte désormais un arrière à pan coupé, un pare-chocs d'une seule pièce des feux différents. Le tableau de bord se retrouve derrière le volant et les sièges sont plus confortables. La suspension arrière est modifiée afin d'éviter les variations de carrossage et la boîte de vitesse est maintenant entièrement synchronisée. Les vitres latérales ne sont plus arrondies, un nouveau hard-top est réalisé. La dynamo est remplacée par un alternateur.

 

La Spitfire Mk4 est arrêtée en décembre 1970 et c'est le début de production de la Spitfire Mk1500. Son moteur est un 1500 cm3 longue course qui a la réputation d'être très fragile.

 

triumph mk1500

 

Les accessoires chromés sont nettement moins nombreux. Un petit spoiler est ajouté sous le pare-chocs avant et des autocollants spécifiques sont disposés sur le véhicule.

 

triumph mk1500.dash

 

 

1980,fin de la production des Spitfire,

la marque Triumph disparait en 1984

10:09 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : triumph |  Facebook |

26/12/2006

Triumph TR 4 A IRS

Dans une lignée de voitures vouées à l'enthousiasme et aux joies du voyage au grand air, la TR 4 s'analyse comme l'évolution modernisée d'un archétype anglais. Originale et attachante, la TR4, synthèse de la tradition sportive britannique et du génie artistique italien, apparaît comme une grande réussite esthétique.

TR4A 1966 VERTE

 

Avec la Triumph TR 4, retrouvons donc, en même temps que le parfum d'une époque révolue, la joie de rouler dans une voiture de sport à la robe séduisante et dotée d'une mécanique de berline. En somme, un cœur simple dans un corps aguichant ! Pourtant la faiblesse de son moteur et la non efficacité de ses freins n'en faisait certes pas un maitre achat mais" le plaisir de parcourir les campagnes,  cheveux au vent ne s'attarde pas a des détails" pouvions nous lire dans la presse anglaise de l'époque,un peu frustrée des quolibets lancés a la belle anglaise...

 

tr4_a_CAPOTEErouge

 

 

TR 4 DASH

 

4 cylindres,2138 cm3,2 carburateurs stromberg,et 105 cv propulsaient ce séduisant roadster a la vitesse de 175km/h . Suspension arrière indépendante,et un poids de 1016kgs pour la TR 4 IRS 5(Independent Rear Suspension)

 

tr4 jaune

 

Régulièrement engagée dans les compétitions en circuit depuis 1964 (année de création de la version IRS) les Triumph TR 4 se sont avérées très rapides,mais malheureusement versées dans une classe (2000 a 2500cc) qui ne favorisait pas sa faible puissance...

tr4 race 2

 

tr4 race couverte




10:23 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : triumph |  Facebook |

17/08/2006

Triumph TR2 / TR3

Dans les années 50, Triumph est sous la coupe de Sir John Black, qui dirige le groupe Standart.
Souhaitant rajeunir la marque en commercialisant une voiture plus moderne que ses concurrents (MG et surtout Morgan qu'il n'a put s'offrir en 1952), il commande une étude à Walter Belgrove, le styliste de Triumph.

L'année d'après, à Genève, la même équipe présenta la TR2.

La 20TS avait des problèmes de rigidité qui furent réglés dans un temps record. Triumph en profita pour redessiner l'arrière. Sur le modèle de 1952 l'arrière évoquait plutôt la Morgan et semblait trop rétro. Le 2 litre passait en même temps de 75 à 90 ch. Toujours en 1953 Ken Richardson bat le record vitesse à 124 Mph.

 

 

Enfin en 1955, la TR2 devient la TR3. La puissance passe à 95 ch. Les portes qui, descendait jusqu'en bas de la caisse remontait légèrement plus haut, rigidifiant le châssis. En 1957, le marché US étant privilégié, Triumph exporta outre-Atlantique la TR3A avec 100 ch et une calandre élargie. L'année d'après elle était disponible en Europe. Elle sera produite jusqu'en 1961. 

 

 





 

21:04 Écrit par Historic fan dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : triumph |  Facebook |